Visite d’échange d’expérience de l’Espace Migration et Développement de Sédhiou (EMDS)

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Appui aux Initiatives de Co Développement Economique Local dans la région de Sédhiou (PAICODELS), l’Agence Régionale de Développement de Sédhiou (ARDS), le Groupe de Recherche et de Réalisations pour le Développement Rural en Casamance (Grdr), les représentants d’élus de la région ainsi celui des Migrants ressortissants de Sédhiou ont organisé un voyage d’échanges du 27 au 30 juillet 2015 à Kayes, au Mali. Il s’est agi d’aller à la rencontre de leurs homologues de l’Espace Migration et Développement de Kayes (EMDK).

Cette visite, placée sous le signe de la coopération Sud-Sud, a été une occasion d’avoir des échanges très fructueux parce que très instructifs en termes d’enseignements, pour les acteurs directs travaillant sur la problématique de la migration et développement local.

Cette visite a connu trois temps majeurs ; il s’agit :

  • Des visites de courtoisie aux autorités administratives de la région

Elles ont permis de prendre connaissance de l’état d’avancement de la décentralisation au Mali et le dispositif institutionnel en charge du développement local. Ces visites ont permis à la délégation de comprendre le contexte institutionnel dans lequel a émergé l’Espace migration et Développement de Kayes (EMDK).

Conseil régional Kayes Gouvernorat de Kayes

           Visite au conseil régional de Kayes                         Visite au Gouvernorat de Kayes

  • Une visite du fort de Médine

Comme une phase de transition vers l’objet réel du voyage d’échange (la migration et le développement), cette visite du fort de Médine a permis à la délégation de comprendre que la ville de Kayes a était historiquement marquée par une autre forme de migration. A noter que cette migration, pour ne pas dire l’esclavage était une migration forcée sans possibilité de retour, une rupture totale et définitive avec le territoire d’origine, donc avec  la famille.  

  • Une table ronde pour des échange d’expérience

Sortie du fort de Médine le cœur meurtri, la délégation a eu droit à une table ronde pour échanger avec les membres de l’Espace Migration et Développement de Kayes (EMDK) ainsi que ses partenaires techniques (le conseil régional de Kayes et le Grdr). Cette fois ci il s’agit d’une migration choisie, avec possibilité de retour, de prise d’initiative et d’investissement au territoire d’origine.  

A l’occasion de cette table ronde, les deux espaces migration et développement ont échangé sur les raisons principales de leur mise en place, le processus de mis en place, leurs missions, les activités réalisées ainsi que les principales difficultés rencontrées.

 

En termes d’enseignements majeurs, il convient de retenir :

(i) l’importance d’une approche multi-acteurs combinant acteurs de la déconcentration, de la décentralisation, du secteur privé et la société civile pour la concrétisation du lien migration et développement. Grâce au soutien du conseil régional de Kayes, du Grdr et à la sensibilisation des autorités régionales (Gouverneur), les migrants et les élus locaux ont pu mettre en place et faire vivre l’EMDK  au point d’être sollicité dans l’élaboration de la stratégie nationale de migration et développement au Mali ;

(ii) La nécessité des espaces Migration et Développement de s’impliquer dans les questions de migration transfrontalière pour une coopération sud-sud en faveur du respect de la libre circulation des biens et de la dignité des migrants à l’intérieur de l’espace CEDEAO ;

(iii) l’importance et la nécessité pour les élus locaux de valoriser leur réel potentiel de migrants pour promouvoir des liens de coopération décentralisée avec les collectivités locales d’accueil de leurs ressortissants;

(iv) Les espaces migration et développement, du fait de leur double ancrage (au territoire d’origine et au territoire de vie des migrants) constituent un atout pour, à la fois comprendre les problématiques liées à la mobilité humaine, asseoir une concertation fructueuse et faire de la migration un facteur de développement.

 

Au regard de ces enseignements, des actions concrètes doivent être adressées pour une capitalisation des bonnes pratiques visitées au Mali mais aussi pour aller vers une alliance forte sud-sud, en développant des stratégies innovantes et intelligentes en matière de Migration et Développement. Il s’agit entre autres :

  • renforcer l’ancrage institutionnel de l’EMDS à travers la pertinence et la clarté de ses missions auprès des acteurs concernés; ce que pourra cultiver l’engouement, le dévouement et l’abnégation nécessaire à sa réussite ;
  • La sensibilisation de la diaspora sur la création de l’EMDS afin qu’elle s’en approprie ;
  • La conception d’un système de planification et de suivi des activités de l’espace d’un commun accord avec la diaspora ;
  • La définition d’un système de mobilisation des ressources pour le fonctionnement de l’EMDS, en rapport avec les Organismes internationaux ou Structures intervenant sur la question de la Migration et Développement, notamment l’ICMD ;

Autres actualités :

Le directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Cheikh Tidiane Sidibé, a annoncé mercredi de nouveaux mécanismes de financement de la filière rizicole, indiquant que 8…

Mobiliser l’information territoriale pour permettre d’abord au conseil régional d’élaborer un budget fiable valide et pertinent ensuite à l’autorité administrative de s’informer à temps pour…