Opportunités

La région de Sédhiou regorge d’énormes potentialités dans plusieurs domaines mais celles-ci sont mal voire très peu exploitées. Si elles sont exploitées, elles représenteront une réelle opportunité de développement pour cette belle région.

L’agriculture

Les terres cultivables sont disponibles, avec seulement 25% des superficies utilisées). Trois unités de reliefs favorables aux cultures sous-pluie et irriguées y existent ; il s’agit de : les plateaux, les versants et les bas-fonds. La région compte un nombre important de vallées, couvrant une superficie de plus de 30 000 hectares.

Les sols sont de qualité, avec une bonne pluviométrie (variations moyennes entre 700 et 1300 mm), une réelle densité du réseau hydrographique et l’accès relativement facile aux nappes phréatiques, à partir de 60 m (lutétienne).

Le potentiel de production arboricole est aussi important. Parmi les filières porteuses, on peut citer : l’anacarde, la banane, la mangue, le miel, l’orange et le citron. Ces filières jouent un rôle économique très important dans les zones de production en termes de génération de revenus et de création d’emplois notamment pour les femmes en milieu rural.

L’élevage

Pour les activités d’élevage, plusieurs facteurs naturels prédisposent la région à leur développement : l’existence d’une vaste zone pastorale et une tradition confirmée d’élevage ; l’abondance de la biomasse et des résidus des récoltes ; la disponibilité en ressources eaux ; l’existence d’un cheptel adapté aux conditions environnementales et les possibilités offertes d’amélioration de la race, grâce l’insémination artificielle ; les marges importantes de développement pour des mini laiteries et le potentiel de promotion d’unités agro industrielles.

La pêche

La région présente de réelles potentialités pour développer la pêche continentale et l’aquaculture: un réseau hydrique dense ; une grande diversité d’espèces dont certaines en reconstruction ; des sites favorables à la pisciculture ; une longue tradition de la pêche. Cette situation fortement favorable laisse une bonne marge de progression pour le recul de l’insécurité alimentaire et la création de richesses dans le cadre d’une approche chaine des valeurs en lien avec la stratégie de croissance accélérée.

Ainsi, le fleuve Casamance pourrait offrir de réelles possibilités de développement de l’ostréiculture et de la pisciculture. Les acteurs semblent en avoir pris conscience. La hausse du tonnage de poissons débarqués, atteignant 2 006 188 kg, en 2011, soit un surplus de 17% sur l’année précédente, n’a été possible qu’à la faveur des efforts consentis par les différents acteurs notamment : (1) la prise de conscience réelle des pêcheurs pour une exploitation rationnelle et une gestion durable de la ressource et pour restaurer le patrimoine halieutique dégradé ; (2) la reconversion temporaire des pêcheurs en exploitants d’anacardiers (baisse de la pression et acceptation du repos biologique).

L’industrie

De réelles possibilités existent pour la mise en place et le développement d’unités agro-industrielles. Ces opportunités sont présentes dans plusieurs sous-secteurs, notamment la transformation des céréales locales, des fruits et légumes, des produits halieutiques et de l’élevage ; mais aussi dans la menuiserie.

La position de carrefour sous-régional offre de réelles potentialités de développement d’unités industrielles orientées vers la satisfaction des besoins marchés intérieurs, mais aussi sous-régionaux, si les cruciales contraintes de l’enclavement et de la sécurité trouvaient des solutions durables, économiquement et socialement viables.

Le tourisme

La région de Sédhiou, de par ses potentialités écologiques et culturelles, offre de réelles possibilités de développement du tourisme. Cette région dispose d’importants sites et monuments historiques. Elle est traversée par de nombreux cours d’eau. Un paysage verdoyant et une faune nombreuse et variée, en font l’une des régions du Sénégal et de la sous-région les plus dotées d’atouts pour le développement d’un tourisme intégré.

L’emploi

Ces potentialités résident dans la volonté des différents partenaires à continuer d’inscrire l’équité de genre dans leur analyse des processus de paupérisation. Le soutien et l’approfondissement des initiatives concourant à l’amélioration de l’égalité et de l’équité de genre seront de plus en plus étendus à divers secteurs de la vie économique et sociale.

Pour ce qui est de l’emploi des jeunes, notamment, d’énormes niches d’emplois encore non exploitées résident dans l’immense potentiel de valorisation économique des ressources agrosylvopastorales de cette région, ainsi que dans sa position de carrefour propice au développement de hub sous-régionaux pour le commerce (ex Diaroumé et Ndiaye) et le transport fluvial. A ce sujet, il faut noter le grand dynamisme des GPF et leur capacité à contribuer au développement d’unités de transformation artisanales.

Vous pouvez voir d’autres potentialités en téléchargeant le Plan Régional de Développent Intégré de Sédhiou (PRDIS).